Weboscopie #3 : Firefox 3, société numérique, openweb, xitimonitor, affaire Fuzz

De retour de vacances pluvieuses, un petit tour de web de la semaine passée :

Weboscopie #2 : ergonomie des formulaires, SaveTheDevelopers, Acid3, l'affaire Fuzz

  • ergonomie : un bon billet de Fred de Villamil d’une série de 5 sur l’ergonomie des formulaires de recherche : Ergonomie d’un formulaire de recherche 1/5 : le live search, une fausse bonne idée ? C’est une bonne idée, si elle est bien utilisée et pas systématiquement.
  • navigateurs : la qualité web passe par la compatibilité sur tous les une majorité de navigateurs (j’y reviendrais dans un prochain billet). Le préhistorique IE6 fait de la résistance et représente encore plus de 30% des navigateurs (- de 10% sur Web intention, merci amis lecteurs 🙂 ) et est particulièrement chronophage en matière d’adaptation. Le collectif SaveTheDevelopers.org a vu le jour et propose de sauver les développeurs des affres d’IE6. Un javascript détecte le navigateur et propose de télécharger une version plus récente (IE7, Firefox 2, Safari 3.1 ou Opéra). via TechCrunch
  • Acid3 : ça bastonne sévère autour d’Acid3, Opera sort premier devant Webkit (de 41 minutes) via Vinch. Pour Firefox (via Mike Shaver de Mozilla), ce qui reste pour atteindre 100% ne serait pas prioritaire.
  • Affaire Olivier Matinez – Fuzz : Fuzz condamné : mais où va-t-on ? Triste jour pour le web 2.0.

Olivier Martinez 2.0 : la vague "j'aime pas Olivier Martinez"

L’actualité concernant l’acteur, Olivier Martinez, est plus que bouillante. Non pas qu’il sorte un film où on ne s’endorme pas mais parce qu’il s’en prend à une communauté. Comme relaté dans mon précédent billet « Quand on presse le citron« , le triste sir a eu une idée lumineuse pour relancer une carrière en berne et au point mort. Finalement, il ne s’en est pas seulement pris à Eric Dupin, mais à plusieurs sites à tendance 2.0. Plusieurs choses m’attristent dans cette affaire :

La réaction ne s’est pas faite attendre et elle est à la hauteur de l’enjeu, une véritable manifestation 2.0 de soutien !

L’acteur a réussi un véritable tour de force : s’attirer en quelques jours l’antipathie et l’inimitié de milliers (voire de centaines de milliers compte tenu des statistiques cumulées de tous les blogs) d’internautes parmi les plus influents du web francophone.

Moi non plus, je ne l’appréciais pas particulièrement avant mais maintenant je boycotte purement et simplement ce monsieur.Vu Coinstar locations l’ampleur du mouvement, Olivier Martinez a perdu beaucoup de crédibilité et son identité numérique est entâchée à jamais et ce, malgré les assignations à répétition qu’il a lancé. Ils (lui et ses avocats) aurait respecté les procédures de la LCEN et auraient tenté une approche plus amiable, les liens auraient été rapidement retirés ou pas et l’affaire aurait à peine fait du bruit… Là, c’est raté !

« L’arbre qui s’écroule fait beaucoup plus de bruit que la forêt qui pousse.  » proverbe Chinois

*Edit*
LCI est @ vous d’hier : http://www.dailymotion.com/video/x4s042_lciestavous20080319_tech

Quand on presse le citron

Eric Dupin, webmaster passionné de Presse-citron, vient de faire la douloureuse expérience de la cupidité de certaines personnes du star-system.

Par le biais de Fuzz, son portail agrégateur de flux RSS, Eric est assigné en référé par un sombre acteur sous le prétexte fallacieux qu’un lien vers un blog people contenant une information peut-être erronée était présent sur Fuzz. Atteinte à la vie privée…

Cette affaire n’est pas sans rappeler la plainte d’Olivier Dahan à l’encontre de Wikio.

Que penser de tout ça ?
Des personnes peu scrupuleuses qui veulent s’en mettre un peu plus dans les poches car leur porte-feuille n’est pas assez rempli ou personnes de bonne foi qui se sont senti bafouées ?
A ce niveau d’absence total d’entente préalable et/ou d’avertissement « amical », je pencherai plutôt pour la première réponse. On n’assigne pas un quidam en justice sans se poser plusieurs questions (Est-ce volontaire ?N’y a-t-il pas moyen de retirer ce lien simplement sans aller devant la justice ?…). De plus, la somme demandée est totalement ahurissante (35.000 € !!). Assiste-t-on a une volonté de déstabiliser le web 2.0 en s’attaquant à ses fondements, son coeur : le partage d’information, le contenu auto-géré ?

Bref, j’attends avec impatience mercredi 19 mars pour savoir ce qu’il en advient. Je tiens, particulièrement, à apporter mon soutien à Eric qui traverse des moments difficiles mais qui n’est pas seul, preuve en est la liste des billets relatant sa mésaventure.